Stan Lee, créateur du panthéon des super-héros Marvel, est mort

Stan Lee, créateur du panthéon des super-héros Marvel, est mort

Stan Lee, créateur de personnages de bande dessinée mondialement célèbres comme Spider-Man, Hulk, Iron Man ou encore les X-Men, est mort, lundi 12 novembre, à l’âge de 95 ans.

Lire : Stan Lee, créateur du panthéon des super-héros Marvel, est mort

Si les films adaptés ces dix dernières années de ses œuvres (et dans lesquels il faisait systématiquement une apparition) l’ont fait connaître même aux jeunes générations, les super-héros qu’il a créés et les bandes dessinées qu’il a scénarisées ont bercé les amateurs de comics pendant plus de soixante ans. Les artisans des comics américains, qu’il s’agisse de vétérans ou de jeunes pousses, ont unanimement salué la mémoire de celui qui était encore, au moment de sa mort, le président d’honneur de l’éditeur de comics Marvel.

« Il m’a offert un endroit où m’enfuir »

 

Dans un communiqué, The Walt Disney Company et sa filiale Marvel ont bien sûr salué « la vie et la carrière de Stan Lee » et présenté leur « gratitude éternelle pour les exploits inégalables qu’il a accomplis dans leurs murs. A chaque fois que vous ouvrirez un comic book, Stan sera là ».

Mais DC Comics, éditeur des aventures de Superman, Batman ou Wonder Woman, et concurrent historique de Marvel, a également salué la mémoire de celui qui a « changé à jamais la façon dont nous regardons les super-héros. Son enthousiasme contagieux nous a rappelé pourquoi nous sommes tombés amoureux de ces histoires ».

Jim Lee, directeur créatif chez DC, a pour sa part déclaré sur Twitter que Stan Lee avait offert « le plus important des cadeaux » au « gamin timide et maladroit » qu’il était. « Il m’a offert un endroit où m’enfuir. Un terrain de jeu sans fin, plein des héros les plus incroyables, les plus fantastiques. » Jim Lee, né en Corée du Sud, explique ainsi que « grâce à ses personnages, Stan Lee m’a appris que ce n’était pas mal d’être différent. Que c’était cool d’être du côté des gentils. »

« L’héritage de Stan Lee va continuer de grandir »

 

Parmi les pairs de Stan Lee, Frank Miller, autre grand auteur américain de comics, scénariste de DaredevilSin City et de certaines des aventures les plus célèbres de Batman, a fait part sur Twitter de son « anéantissement » après la mort de son « pote ».

« Il m’a inspiré pendant mon enfance, c’était un de mes mentors quand j’ai commencé, un homme vraiment gentil. Il va me manquer terriblement ».

Todd McFarlane, créateur de Spawn, a fait ses débuts sur la sérieSpider-Man, initialement créée par Stan Lee. Sur Twitter, il a expliqué que « le plus grand des pouvoirs de Stan Lee était de faire en sorte que les gens se sentent mieux dans leur peau. Si seulement tout le monde avait pu le rencontrer, ne serait-ce que deux minutes… ».

Lundi soir, sur le Hollywood Walk of Fame à Los Angeles, des admirateurs ont rendu hommage à Stan Lee.

 

Lundi soir, sur le Hollywood Walk of Fame à Los Angeles, des admirateurs ont rendu hommage à Stan Lee. MARIO ANZUONI / REUTERS

Dans une interview à Variety, le même M. McFarlane a comparé Stan Lee à Walt Disney, estimant qu’ils figuraient parmi les « rares personnes qui ont su créer des personnages qui ont eu un impact mondial. De la même manière que l’influence de Disney ne s’est pas arrêtée avec sa mort, je pense que l’héritage de Stan Lee va continuer de grandir ».

Pour Mark Millar aussi, créateur des comics WantedKick-Ass ou Kingsman« il ne peut y avoir qu’un Stan Lee. Nous sommes tous arrivés derrière lui, et personne ne le surpassera. C’est notre Walt Disney, notre Calvin Klein, notre Henry Ford ».

Marée humaine

 

Rob Liefeld, créateur de Deadpool, raconte, lui, à Variety l’artiste exceptionnellement influent, mais aussi l’homme simple, la star soucieuse de ses fans, le grand-père idéal.

« Stan, vous êtes une légende. Vous êtes immortel. Vos travaux vous survivront pour les siècles à venir. Merci d’avoir partagé votre passion avec nous tous. »

Gail Simone, scénariste pour le concurrent DC Comics mais aussi sur Deadpool, aujourd’hui lié à l’univers des X-Men inventé par Stan Lee, se félicite que les histoires de ce dernier « ont permis à des millions de personnes de mieux vivre leur vie. Une infinité de gens ont appris le sens des responsabilités avec Spider-Man, ont appris à s’accepter avec les X-Men, ont appris à se pardonner avec Hulk ».

Des bouquets de fleurs ont été déposés sur l’étoile de Stan Lee sur le Hollywood Walk of Fame à Los Angeles, le 12 novembre.

 

Daniel Way enfin, scénariste sur les séries Wolverine ou Deadpool,raconte cette anecdote. En sortant des locaux de Marvel à Manhattan, il a ainsi croisé Stan Lee au milieu de Times Square il y a plusieurs années :

« Au bout d’une minute ou deux, Stan s’est retrouvé englouti par une marée humaine. Il se tenait là, souriant et signant divers objets que les gens lui tendaient. Les gens débordaient sur la rue, ce qui aurait pu signer leur arrêt de mort… Si les taxis ne s’étaient pas arrêtés non plus ! Les conducteurs abandonnaient leur voiture pour se faire signer un autographe. C’était incroyable. Ça a duré dix minutes avant que la police n’arrive. Stan s’est retourné, a salué la foule, avant de sauter dans une voiture de police et de disparaître. A ce qu’on m’a dit, au moment de redescendre de la voiture, des policiers l’attendaient… pour lui faire signer aussi des autographes. Ce qu’il a fait ! »

L’émotion des héritiers

 

Les scénaristes qui ont repris les grandes séries créées par Stan Lee ont aussi rendu hommage au maître. Kelly Thompson, scénariste de d’Uncanny X-Men ou d’Hawkeyea ainsi souligné qu’il s’agissait de« la fin d’une époque ». Jason Aaron, qui a travaillé sur les aventures de Thor et des Avengers :

« Alors que je suis assis là, à tenter de mettre des mots dans la bouche de personnages qu’il a rendus immortels, des personnages qui ont littéralement changé ma vie, tout ce qui me vient, c’est : merci, Stan. »

Source : Le Monde.fr
Résultats du concours national

Résultats du concours national

Prix nationaux

 
Grand prix TV5 Monde :
-Billel BOUTABBA- CONSTANTINE
1 er prix Jeune talent : Société Générale Algérie :
-FAouZI LAHMAZA- SKIKDA  
2 ème prix Jeune talent : Société Générale Algérie :
-Salim MAKHLOUF- MSILA 
Prix FIBDA jeune talent :
-BACHIR MESSAOUI- TEBESSA 
Prix d’encouragement Espoir scolaire :
-Yasmine ABOURA-
“Alitha Martinez” dessinatrice chez Marvel Studios sera parmi nous

“Alitha Martinez” dessinatrice chez Marvel Studios sera parmi nous

Alitha E. Martinez est une artiste américaine de bande dessinée, plus connue pour son travail comme dessinatrice pour Iron Man de Marvel, Heroes de NBC, et Batgirl de DC1.

Martinez travaille chez Marvel Comics depuis les années 90, lorsqu’elle a obtenu son premier grand poste comme assistante de Joe Quesada2.

Elle a co-créé le méchant Knightfall dans Batgirl #10 (août 2012). Elle a contribué aux illustrations, y compris la couverture, pour l’édition spéciale commémorative de Riverdale par Archie Comics3 En outre, Alitha a contribué à la bande dessinée du Monde de Wakanda, un spin-off de Black Panther de Marvel Comics, écrit par Roxane Gay et Ta-Nehisi Coates4, qui lui a permis en 2018 d’être la première dessinatrice lauréate du prix Eisner de la meilleure mini-série, instauré en 1998.

Les Schtroumpfs fêtent leur 60 ans à Alger !

Les Schtroumpfs fêtent leur 60 ans à Alger !

Un peu de nostalgie… Beaucoup de plaisir, aussi… Et une ” Schtroumpf Expérience “, qui va vous permettre de vous immerger dans l’univers de ces petits lutins bleus aux caractères bien définis.

C’est le 23 octobre 1958, très exactement, que Peyo a donné vie au premier Schtroumpf, dans une histoire de Johan et Pirlouit, “La flûte à six trous”.
Personne n’aurait pu imaginer, à l’époque, que ces personnages étranges au nom imprononçable, lutins vivant en communauté dans un Moyen-Age non réaliste, allaient connaître en quelques années un succès tel que Peyo, leur créateur, devra se consacrer totalement à leur existence.
Ce succès est dû à un dessin, tout en rondeur, à une dynamique graphique simple sans jamais être simpliste, à des scénarios accessibles à tous mais lisibles, toujours, à plusieurs niveaux, et, donc, plaisant autant aux adultes qu’à leurs enfants. Ce succès tient aussi à la codification personnalisée de tous les membres de cette communauté, chacun étant ainsi un peu l’archétype caricatural et amusé de réalités humaines que chacun connaît : il y a le schtroumpf grognon, le schtroumpf à lunettes, toujours moralisateur, le schtroumpf gourmand, le Schtroumpf costaud, etc.
Et aujourd’hui, donc, quelque cinq mois avant l’officialisation de leur soixantième anniversaire, plusieurs hommages leur sont d’ores et déjà rendus.

Ce qui fait aussi que ces petits héros sont toujours d’actualité, ce sont les thèmes abordés dans chaque album, des thèmes qui restent d’actualité, et qui l’étaient déjà dans ces six premiers petits volumes. ” Les Schtroumpfs noirs ” parlent de la haine et de la solidarité, ” Le centième Schtroumpf ” aborde le thème de la différence, ” L’œuf et les Schtroumpfs ” nous parle de l’ambition et de ses dangers…
Alors, rendez-vous dès le 02 Octobre 2018 au débarquement de la Schtfoumpf expo en Algérie, ça sera à l’esplanade de Riad el feth à Alger, et ça sera schtroumpfement génial !